Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour

Recherche

8 mai 2010 6 08 /05 /mai /2010 12:04

 

 


Le 2 mars 2008 Dmitri Medvedev a été élu président de la Fédération de Russie, succédant ainsi à ce poste à Vladimir Poutine. Entré en fonction le 7 mai suivant, il est le nouveau chef d’un régime autoritaire dans lequel Poutine reste pourtant le numéro un. Cet autoritarisme pousse à se demander si la déstalinisation a vraiment eu lieu. Cet article est la suite et la fin du texte publié en février dernier* : il est consacré à la Russie de Poutine.

[...]


 

 

La déstalinisation a-t-elle eu lieu IILire la suite

Partager cet article

Repost 0
Published by Ahlcene Ollin - dans Analyse
commenter cet article

commentaires

Le Webzine de l'Histoire 26/10/2010 13:42


Pour compléter encore mon article et mon précédent commentaire, je me permets de mentionner la parution récente d'un manuel d'histoire utilisé dans les universités de Moscou et dans les académies
du FSB, rédigé par deux universitaires moscovites qui y défendent le stalinisme promu par Poutine. Par exemple, la terreur stalinienne est légitimée et les déportations des Tatars et des
Tchétchènes après 1945 est justifiée.


Tietie007 13/06/2010 09:56


Dans la mesure où l'on retrouve les anciens appartchiks de la période soviétique, au pouvoir, notamment issus du KGB, je ne vois pas pourquoi les méthodes changeraient !


Ahlcene Ollin 11/05/2010 13:13


Je vous remercie et je partage votre avis. Au sujet de l'instrumentalisation de l'histoire, j'ai trouvé un texte intéressant par dans le journal "Le Monde" le 27 octobre 209 écrit par Marie Jégo.
Elle cite notamment des extraits des nouveaux manuels scolaires d'histoire publiés en 2007 : Staline est présenté comme un dirigeant "tout à fait rationnel" et que les répressions féroces qu'il a
ordonnées visaient "à faire peur à ceux qui travaillaient mal".
Elle souligne aussi dans cet article, comme je l'ai fait moi-même, que la déstalinisation était bien partie dans les années Gorbatchev. Mais la situation économique se détériorant gravement, la
"réflexion sur la période stalinienne est passée au second plan".
En ce qui concerne l'idéologie, il faut vraiment lire l'article de Françoise Thom que je cite plusieurs fois : il met bien en évidence les références mentales des dirigeants russes pour leur
politique étrangère.


Mickaël 11/05/2010 12:37


Félicitations pour cet article. Je suis persuadé, comme vous, qu'il se passe des choses intéressantes en ce moment en Russie qui dépassent le domaine de la politique et qui relèvent probablement de
l'idéologie. c'est un formidable exemple des liens compliqués qui existent entre l'histoire, la mémoire, et les conséquences qui en découlent dans la représentation du monde par une société.