Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Retour

Recherche

1 avril 2005 5 01 /04 /avril /2005 23:01
« La guerre de Cent Ans de l’Antiquité » : ainsi Yann Le Bohec évoque les guerres puniques, une série de trois conflits entre Rome et Carthage. À l’issue desquels Carthage fut détruite et le territoire punique transformé en province romaine.
 
Les guerres puniques ont pour origine le heurt entre les intérêts carthaginois et romains. En effet, la puissance de Carthage est commerciale et maritime. Les Romains, quant à eux, s’engagent dans une nouvelle politique, ouverte sur l’extérieur. Or, l’expansion territoriale de Carthage contre les Grecs s’effectue aussi en Sicile, ce qui conduit à la signature de deux traités de non-agression avec Rome en 348 av. J.-C. et en 306 av. J.-C. Mais dans le même temps, Rome aussi étend son territoire. C’est pourquoi elle va se heurter à Carthage. L’affrontement des intérêts respectifs des deux cités va se transformer en conflit armé, les guerres puniques.
 
 
Rome devient une puissance maritime
 
 
La première guerre punique a lieu de 264 à 241. En 264, Rome se porte au secours des Mamertins de Messine, assiégés par les Puniques. Elle souhaite ainsi étendre son influence jusqu’en Sicile pour protéger ses intérêts commerciaux. L’attrait du butin n’est pas non plus étranger à cette intervention. Les premiers affrontements ont lieu en Sicile. Mais pendant presque une dizaine d’années, l’issue de la guerre reste incertaine. Les combats se déroulent bientôt sur la mer. En 255, après avoir remporté deux victoires navales sur leurs ennemis – en 260 et en 256 –, les Romains débarquent en Afrique du Nord. Mais ils sont écrasés par les Carthaginois qui reprennent l’avantage en remportant deux victoires en 249 : une bataille terrestre en Sicile et une bataille navale à Drépane.
 
En 241, Rome parvient à renverser la situation en sa faveur et détruit la flotte carthaginoise à la bataille des îles Aegates. Elle devient une puissance maritime : en effet, la nécessité de vaincre ses ennemis l’a conduit a adopté une politique de grandes constructions navales. Carthage demande la paix. La Sicile devient une province romaine, les Carthaginois étant obligés de l’évacuer. La paix comporte des conditions difficiles pour les vaincus : ceux-ci doivent verser à Rome un lourd tribu en vingt ans. En outre, la cité africaine étant ruinée et ses relations maritimes n’existant plus, elle ne peut plus payer les mercenaires berbères qu’elle avait engagés. Ceux-ci se soulèvent et une guerre impitoyable, de 240 à 238, se livre entre Carthage et ses anciens mercenaires, qui sont finalement écrasés.
 
Le général punique Hamilcar Barca écrase la révolte. Pour restaurer la puissance de Carthage, il fonde en Espagne un empire que son successeur, Asdrubal, dote d’une capitale, Carthagène.
 
 
Carthage devient un État vassal de Rome
 
 
La deuxième guerre punique éclate en 218 en Espagne. Comme pour la Sicile, Rome et Carthage s’intéressent à la péninsule ibérique qu’Hamilcar Barca a conquise. Après la prise de Sagonte, ville alliée des Romains, par la cité punique, ceux-ci engagent la guerre.
 
C’est au cours de cette guerre que le chef carthaginois Hannibal, fils d’Hamilcar Barca, franchit les Pyrénées, traverse le sud de la Gaule et passe les Alpes avec une armée d’éléphants. Il inflige deux défaites à Rome : l’une le 22 juin 217 au bord du lac Trasimène, l’autre le 2 août 216 à Cannes. Mais Hannibal n’ayant pas les renforts qu’il demande, il est contraint de stationner dans une ville italienne, Capoue. Pendant ce temps, la contre-offensive romaine se prépare. Elle oblige finalement Hannibal à se replier dans le sud de l’Italie.
 
Puis les Romains passent une alliance avec Masinissa, chef des Massyles, un royaume berbère en Numidie que Carthage avait conquis avec l’aide des Masaesyles, autre tribu berbère. Or, Masinissa voulait prendre sa revanche sur Syphax, chef des Masaesyles et allié de Carthage. Il passe donc dans le camp romain. En 203, Syphax est battu par Scipion l’Africain, officier romain d’exception. Carthage perd ainsi son seul allié berbère. Le 29 octobre 202, les soldats carthaginois d’Hannibal subissent à Zama, dans le nord de l’actuelle Tunisie, leur dernière défaite face à Scipion.
 
Carthage se voit imposer des conditions encore plus dures par le traité de paix du printemps 201. Son armée est licenciée, elle doit livrer la quasi-totalité de sa flotte, payer un tribut encore plus important échelonné sur cinquante ans et enfin, prendre l’avis du Sénat romain pour toute décision importante. En outre, l’indépendance de la Numidie est proclamée. Carthage est ainsi transformée en un État vassal de Rome.
 
Les conséquences pour cette dernière sont importantes aussi : ayant du se doter d’un dispositif militaire très important, elle s’est doté d’une monnaie légère facilitant les transactions car l’effort de guerre avait eu des répercussions sur les finances. Ensuite, les années d’épreuves constituées par la deuxième guerre punique ont conduit à un renforcement des institutions.
 
 
Carthage est détruite
 
 
La dernière guerre punique éclate en 149. En effet, Carthage doit faire face, depuis 195, aux incursions des Massyles sur son territoire. Les arbitrages rendus par Rome sont d’abord favorables aux Puniques puis aux Numides. De plus, Caton, se rendant à Carthage avec une ambassade, se rend compte que celle-ci est en train de réarmer : il réclame alors sa destruction : « Carthage doit être détruite ! », Delenda est Carthago. En 150, la tension est telle entre Massyles et Puniques qu’une guerre éclate.
 
Rome intervient donc. La raison officielle de cette intervention est le fait que Carthage n’a pas pris l’avis du Sénat romain pour mener la guerre contre les Massyles. En réalité, Rome veut se débarrasser de Carthage et craint aussi la formation autour des Numides d’un État berbère trop puissant.
 
La volonté de Rome est de raser la ville ennemie, de déplacer ses habitants et de la reconstruire à l’intérieur des terres. Le siège de Carthage, dirigé par Scipion Émilien, le petit-fils adoptif de Scipion l’Africain, dure tout de même trois années, en raison des puissantes fortifications qui entourent la ville. Les combats durent jusqu’au printemps 146, date à laquelle Carthage est détruite. Le sol de la ville est déclaré sacer, c’est-à-dire tabou, voué aux dieux infernaux.
 
Le territoire punique devient alors une province romaine, celle d’Africa vetus. Utique en devient la capitale. C’est le début de la présence romaine en Afrique. Quant à Carthage, elle connaîtra une nouvelle vie avec la présence romaine.
 

Partager cet article

Repost 0
Published by Léon Cahlinel - dans Analyse
commenter cet article

commentaires